Si j’ôsais pendant le Carême…

Père Amaury Sartorius, curé de Sainte-Jeanne d’Arc à Versailles

Le Carême est un temps de grâces offert à l’Eglise. Une occasion en ’or’ pour oser parler de Jésus.

Depuis des mois, je prie pour les personnes de mon oïkos, je multiplie les occasions de rencontres, j’essaye de me faire serviteur. Il me manque maintenant l’étape suivante : oser parler de Jésus, approfondir la qualité de mon dialogue, aborder les questions de foi.

Le carême n’est-il pas le moment idéal pour le faire ?

Certainement, et pour plusieurs raisons :

  • Toute l’église est en prière pendant ce temps de grâces, chacun est plus fervent. Mes efforts et mes actions en sont démultipliées : au regard de la foi, c’est le moment !
  • Le fruit de mes œuvres de pénitence durant ces jours qui conduisent à Pâques est la conversion du cœur. Or, c’est une étape essentielle pour être un véritable apôtre : par l’humilité, tout renvoyer au Christ. Saint-Benoît y invite ses moines :


Il faut dresser et gravir par nos actes cette échelle qui apparut en songe à Jacob et sur laquelle il voyait des anges descendre et monter. Sans aucun doute cette descente et cette montée ne signifient rien d’autre, selon nous, sinon qu’on descend par l’exaltation de soi et qu’on monte par l’humilité. L’échelle ainsi dressée, c’est notre vie en ce monde que le Seigneur dresse vers le ciel pour le cœur humilié.

En carême, je suis donc prêt, à l’image des sportifs, dans la plus grande forme spirituelle.

  • Le carême offre aussi des manifestations publiques ou médiatiques : chemins de croix, pénitents de toutes couleurs plus ou moins folkloriques. C’est un bon point de départ auquel il ne faut pas rester : il faut aller au plus profond : ma vie avec le Christ.
  • Le carême trouve son origine dans la préparation baptismale des catéchumènes avant Pâques et son terme dans la grande Semaine Sainte où se vivent les mystères les plus fondamentaux de notre foi : la mort et la résurrection du Christ. Ce sont ces mystères qu’il me faut aborder avec mon oïkos.

Mystère de la vie et de la mort, scandale de la Passion, grâce du baptême, foi des Apôtres dans la toute première Eglise. Je suis au cœur du sujet. Alors ? Prêt ?