S’ouvrir au service dans l’Eglise

Patrice Flaud, diacre permanent, responsable diocésain des cellules d’évangélisation à Meaux

Accomplir un ministère participe à revitaliser la communauté et reste essentiel dans la démarche des cellules paroissiales. L’objectif de l’évangélisation n’est pas seulement de conduire nos frères à Dieu, mais aussi de les aider à rester en communion avec lui, ce qui s’accomplit par une intégration, responsable et définitive, dans l’Eglise.

Les ministères, facteurs de croissance et de rayonnement [1]

Paul VI nous dit : « Les laïcs peuvent aussi se sentir appelés ou être appelés à collaborer avec leurs pasteurs au service de la communauté ecclésiale, pour la croissance et la vie de celle-ci, exerçant des ministères très diversifiés, selon la grâce et les charismes que le Seigneur voudra bien déposer en eux. » Il ajoute : « Ces ministères auront une vraie valeur pastorale dans la mesure où ils s’établiront dans un respect absolu de l’unité, en bénéficiant de l’orientation des pasteurs, qui sont précisément les responsables et les artisans de l’unité de l’Église »(…) « De tels ministères, nouveaux en apparence mais très liés à des expériences vécues par l’Église tout au long de son existence — par exemple ceux de catéchètes, d’animateurs de la prière et du chant, des chrétiens voués au service de la Parole de Dieu ou à l’assistance des frères dans le besoin, ceux enfin des chefs de petites communautés, des responsables de mouvements apostoliques ou autres responsables —, sont précieux pour l’implantation, la vie et la croissance de l’Église et pour sa capacité d’irradier autour d’elle et vers ceux qui sont au loin. Nous devons aussi notre estime particulière à tous les laïcs qui acceptent de consacrer une partie de leur temps, de leurs énergies, et parfois leur vie entière, au service des missions » [2]

L’appel à servir

Parallèlement aux ministères déjà en place, tout membre des cellules paroissiales est appelé à servir la communauté toute entière par une multitude d’autres services. Cet appel est effectué par le pasteur, aidé dans son discernement par les responsables de zone ou les leaders de cellules. Servir le frère qui est encore loin de l’Église, le servir par amour, pour annoncer Jésus, est la base de l’évangélisation par l’oïkos. Ensuite, quand ce frère est accueilli en cellule, après un temps de cheminement, il lui est proposé un ministère au service de la communauté, avec le souci qu’il soit adapté à ses capacités. Cette notion de service, de ministère, sa dignité, son importance et son sens sont au cœur de la pédagogie du système des cellules paroissiales d’évangélisation.

« Celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur. »
Matthieu 20, 26

Réponse à l’appel du Christ

Qu’il soit visible ou non et quelque soit son importance, tout service a du prix car il répond à un appel du Christ : lecture, entretien de l’Église, service aux malades, prière, distribution du bulletin paroissial, service de proximité, liturgie, chorale, préparation de l’autel, participation à un conseil, à une équipe d’animation pastorale, catéchèse, prière avant la messe pour le pasteur et la communauté… La liste est longue et les besoins nombreux.

« Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous avez raison car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car je vous ai donné un exemple afin que vous fassiez comme j’ai fait pour vous. Amen, Amen, je vous le dis : le serviteur n’est pas plus grand que son maître, le messager n’est pas plus grand que celui qui l’envoie. Si vous savez cela, heureux êtes-vous, pourvu que vous le mettiez en pratique. »
Jean 13, 13-17

Crédits photo, merci à Berna Lopez : evangile-et-peinture.org

[1Manuel des cellules paroissiales d’évangélisation

[2Evangelii Nuntiandi - Paul VI