Réaliser l’unité

Mireille Robinson, psychiatre

Nous voulons évangéliser, nous voulons que la cellule croisse et se multiplie, alors, il n’y a pas d’autre secret, pas d’autre méthode que de réaliser l’unité entre nous.


Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux

Mathieu 18,20

Peu à peu, grâce à cette confiance mutuelle, à cet esprit de pauvreté, à cette attention fraternelle dont nous avons déjà parlé, l’unité va grandir entre les membres de la cellule jusqu’à former un seul corps et une seule âme.
Quelle est cette âme ? C’est l’âme du Christ !
Par notre unité et notre charité nous permettons au Christ de se rendre présent parmi nous …pour sa plus grande joie !
Cela est vrai pour toute communauté d’église à commencer par la famille (ecclesiola c’est-à-dire « petite église ») et bien sûr le couple.
Un couple uni et plein d’amour donne le Christ à ceux qui l’approchent.
Il en va de même pour la cellule.
Quel plus grand service pouvons-nous nous rendre les uns aux autres sinon de révéler au cœur de la cellule la présence de l’Amour incarné, c’est-à-dire du Seigneur Jésus lui-même.

Rechercher l’unité

En nous aimant les uns les autres, en recherchant l’unité, nous rendons le Christ présent parmi nous.
Quel plus beau cadeau pouvons-nous transmettre aux nouveaux venus dans la cellule que cette présence du Christ ?
Cela vaut bien plus que tous les discours sur lui !
Au début le nouveau venu ne le nommera peut-être pas « Christ » ; mais il ne demeurera pas insensible à cet amour partagé.
Peu à peu il se rendra compte que cet amour est une personne, qu’il a un visage, un nom : Jésus.
Nous voulons évangéliser, nous voulons que la cellule croisse et se multiplie, alors, il n’y a pas d’autre secret, pas d’autre « méthode » que de réaliser l’unité entre nous.
S’accueillir mutuellement au–delà de nos différences ; se respecter dans la divergence de nos opinions, de nos sensibilités, répondre à toute offense par de l’amour ce n’est pas chose facile et nous n’y arriverons pas en un jour mais c’est incontournable si nous voulons que le Christ soit réellement présent parmi nous.

La grâce du pardon

Heureusement, en réponse à tout manquement à la charité, il y a la grâce du pardon.
Pardon mutuel, pardon sacramentel individuel, n’hésitons pas à y avoir recours.
L’expérience montre qu’il y a plus d’amour entre deux personnes qui se sont accrochées puis pardonnées qu’entre des personnes qui n’ont jamais eu de différend.
Les conflits ne doivent pas nous abattre, ils sont là au contraire pour nous faire grandir dans l’amour et dans l’unité si nous sommes ouverts au pardon.
Aussi, n’hésitons plus, usons et abusons du pardon, il est le ciment qui assure la cohésion de la cellule, qui la fait grandir dans l’unité et dans la charité fraternelle et qui donc permet au Christ de se rendre présent parmi nous.

Crédit photo : Fraternités apostoliques de Ossun