Le plan de la rédemption

Père Jean-Claude Pompanon, curé de Viroflay

Dieu aime chacun de nous, à chaque instant, d’un amour intense … mais il sait que l’homme est capable de refuser cet amour et de se perdre. C’est pourquoi il a voulu que son Fils devienne l’un d’entre nous, qu’il soit comme un ami et comme un frère … pour nous apporter non seulement le pardon, mais pour que nous soyons, nous aussi, des fils de Dieu.

Lui qui étant de condition divine n’a pas considéré (à la différence d’Adam qui voulait se faire l’égal de Dieu) l’égalité avec Dieu comme un « harpagmos » (un objet qu’on veut s’approprier avec avidité), mais il se vida, prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes, et par son aspect reconnu pour un homme, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix
Philipiens 2,6-8

Les cloportes… allégorie sur la rédemption

Imaginons qu’un explorateur découvre, au fond de la forêt amazonienne une variété de cloportes très particuliers : doués d’intelligence et de liberté … mais faisant souvent un mauvais usage de leur intelligence et de leur liberté : paresseux, égoïstes, mauvaises langues, agressifs, à l’occasion adultères … et même cloporticides ! Surmontant sa répulsion première pour cette colonie grouillante, il s’intéresse à ces bestioles et se laisse toucher par leur détresse. Il fait part de ses préoccupations au chaman de la tribu locale, qui ne semble pas particulièrement étonné, et lui révèle l’existence d’une plante, généralement peu utilisée, et qui, prise en décoction, permet de devenir cloporte ! Il hésite à avaler l’étrange breuvage. Devenir cloporte n’a rien d’une promotion. Mais finalement c’est l’amour qui l’emporte. Il ne voit pas d’autre issue, pour leur apporter la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu, les appeler à se convertir, et leur révéler qu’eux aussi ont été créées à l’image de Dieu.

Cette fable peut sembler incongrue … et pourtant elle n’est pas sans rapport avec le mystère de l’Incarnation. La venue du Fils de Dieu dans notre monde, sa naissance dans une bergerie, nous laisse entrevoir l’amour dont nous sommes aimés.

Il est rare que notre amour soit désintéressé. Nous aimons de préférence nos amis : nous cherchons leur compagnie parce qu’elle est source de joie et de satisfaction. Il nous est difficile d’aimer une personne qui n’a rien à nous apporter : de l’aimer uniquement parce qu’elle a besoin d’être aimée.

L’amour de Dieu est différent. Si le Fils de Dieu est venu jusqu’à nous, ce n’est pas parce qu’il trouvait les hommes attirants … c’est parce qu’ils avaient besoin de son amour. Il nous aime d’un amour totalement gratuit. Il ne nous aime pas parce que nous serions aimables … mais parce que, lui, est Amour.