Le Seigneur veut des chrétiens qui se prennent en main ! Père Coutier

Croyons-nous vraiment que le Seigneur veut une Eglise vivante ? Pensons-y quelques instants ! C’est une question de vie…

Simple ?

Il nous faut croire à la croissance des églises. Il nous faut croire que Dieu peut interpeller des jeunes et des moins jeunes dans des vocations spécifiques. Il nous faut croire que l’Esprit-Saint agit encore. Mais, justement, ce travail ne se fait pas seul.

Je suis toujours convaincu que le Seigneur veut une église des plus vivantes ! Je suis même certain qu’il n’envisage pas une décroissance des églises… Ce n’est pas un langage que l’on entend souvent, et pourtant cela me semble de la plus grande importance. Le Seigneur veut des chrétiens qui se prennent en main !

Former des gens pour évangéliser

Session sur la Parole, témoignages de vie… Il faut qu’il y ait des gens à l’extérieur de nos églises pour aller chercher ceux qui n’y sont jamais venus. Il nous faut avoir des gens pour accueillir ceux qui reviendraient. Il nous faut aussi avoir des gens à l’intérieur de nos églises pour accueillir nos frères et soeurs dans le Christ, peu importe leur âge. Toutefois, nous aurions beau aller chercher plein de gens, il nous faut nous préparer à les accueillir ; trouver des moyens de répondre à leur faim de vie spirituelle, de relation avec Dieu. Il nous faut leur enseigner la Parole et la grandeur de l’Eucharistie. Il nous faut avoir de belles liturgies ; des liturgies qui mènent à Dieu. Les prêtres aussi comme responsables des fidèles doivent se nourrir de Dieu pour transmettre ce qu’ils ont reçu à leur proches collaborateurs. Ensuite, ensemble, dans l’unité, ils peuvent répondre à la mission que le Seigneur leur donne. Tous ensemble, ils peuvent rendre gloire à Dieu pour ce qu’il a fait en eux et autour d’eux.

S’appuyer sur la prière et le travail de l’Esprit

Mais avant de faire tout ces projets, il nous faut beaucoup de prière. Jésus lui-même prenait des temps - des nuits…des jours de prière - avant d’entreprendre un projet selon la volonté du Père, ainsi il pouvait dire “Mon Père et moi, nous ne sommes qu’un”. Prenons-nous vraiment le temps de prier avant de faire des projets d’Église ? (…) Il y a quelques années, l’église locale était vide, le père Bédard a prié pendant deux ans… avant de voir les premiers fruits. Un jour, il faisait une homélie et des gens se sont mis à pleurer… Son inquiétude : "Etait-ce si mauvais comme homélie ?" Le résultat… Ces gens amenaient d’autres gens et peu à peu l’église s’est remplie. Aujourd’hui, cette église accueille de nombreux fidèles pour l’Eucharistie ; elle accueille de nombreux pèlerins pour des temps prolongés d’adoration eucharistique, etc. Les gens y retournent puisque la liturgie est belle et que les gens y ressentent un esprit de famille.

La prière est nécessaire. Elle unit et donne vitalité. On ne peut donner ce que l’on n’a pas reçu. Si on ne prie pas, si on ne se met pas à l’école de Dieu, comment donner l’amour de Dieu à nos frères et soeurs ? Pourrions-nous parler de notre mère, de notre père si on ne le fréquentait pas ? Pouvons-nous parler de Dieu si on ne le côtoie pas ? En nous mettant dans une attitude de prière, on permet à Dieu d’agir en nous et par nous.

Poser des gestes

Au long de mes stages, j’ai été beaucoup marqué par cet élan missionnaire dans les milieux où j’ai évolué. Pourquoi ? Parce que je sentais que les gens aimaient leur Église. Ils l’aimaient tant qu’il souhaitait la faire connaître. Il acceptaient de se mettre à l’école de Dieu. Par exemple, à Montréal-Nord, je suis allé mener nos copies supplémentaires de Feuillet paroissial à chacune des résidences des deux églises que nous desservions. Dans la prière, je me disais je vais faire ce petit pas et le Seigneur s’occupera du reste… un mot de Dieu peut changer une vie ! Résultat ? Des gens sont revenus à nos églises (des gens qui en avaient pas entendu parler depuis un certain temps… et qui se posaient la question "Et si c’était vrai… ? après tout ils semblent heureux !" J’ai eu la chance de rencontrer des gens qui ont fait baptiser leurs enfants (suite à ce simple feuillet distribué). Des jeunes se sont inscrits aux parcours catéchétiques… d’autres ont débuté du bénévolat, des jeunes ont rejoint notre communauté, et il y a sûrement d’autres fruits que nous ne voyons pas, mais que Dieu a permis. Tout cela à cause d’un petit geste possiblement inspiré de l’Esprit-Saint.

Bien d’autres confrères ont fait des projets, en croyant aussi que le Seigneur veut une Église vivante. Certains sont allés rencontrer les gens chez eux pour partager leur amour de l’Église… Là aussi des gens sont revenus à l’Église. Oui, bien d’autres gestes peuvent être posés pour faire croître nos églises, les faire croître en quantité et en qualité… Il nous faut voir et montrer cette église de Dieu, notre église catholique.

Les facteurs de croissance d’une église…

présenté par mon professeur, M. Pierre-Alain Giffard, sur son site.

  • Priorité pastorale donnée à l’évangélisation
  • Le rôle des responsables de communauté est de transmettre la vision, motiver, former les laïcs et déléguer
  • Rôle et place des laïcs
  • Rejoindre les besoins spécifiques du milieu
  • Fonctionnement par objectifs… Ce que l’on veut accomplir rendra-t-il gloire à Dieu ?
  • Méthode d’évangélisation par contacts personnels et cellules d’évangélisation
  • Accueil et intégration des nouveaux membres
  • Prière : Les églises en croissance insistent sur l’importance de la prière et du travail de l’Esprit. Elles mettent sur pied des activités concrètes de prières pour encourager la communauté chrétienne à implorer l’Esprit pour la conversion, la guérison des personnes que l’on cherche à rejoindre et la croissance spirituelle de la communauté.

Et comme disait un professeur de séminaire :

"Si vous croyez vraiment que le Seigneur veut une Eglise vivante, eh bien enlevez de votre vocabulaire que l’Église de Dieu est en décroissance(…) Mettez-vous au travail. Trouvez avec d’autres gens qui y croient des moyens pour amener ceux qui sont à l’extérieur de vos églises. Catéchisez-les. Faites-leur connaître votre amour du Christ et de son Église et assurez-vous qu’ils reviendront. Trouvez des moyens pour qu’ils aiment Dieu et leur Église par votre témoignage. L’Église, n’est-ce pas nous ?

Retrouver l’article complet de l’Abbé Silvain Coutier sur Adventus.org