La paroisse au coeur de la nouvelle évangélisation

Jacques Fichefeux - Institut missionnaire du diocèse de Fréjus-Toulon

Au fil des expériences qui ont été menées, la paroisse apparaît comme un lieu privilégié pour mettre en œuvre la Nouvelle Évangélisation et devenir « la fontaine du village à laquelle tout le monde vient étancher sa soif ».

Au cours du 20e siècle, la place de la paroisse dans la vie ecclésiale a été l’objet de nombreuses polémiques et controverses. Certains courants, s’appuyant sur une lecture prioritairement sociologique, ont perçu l’institution paroissiale comme un ghetto indifférent aux problèmes du monde et menant une activité pastorale essentiellement centrée sur un petit noyau de pratiquants.

Le concile Vatican II, l’apparition de communautés nouvelles et la Nouvelle Évangélisation nous aident à renouveler notre regard sur la paroisse. Celle-ci est perçue, non comme une simple réalité territoriale et sociologique, mais avant tout dans sa dimension communautaire. S’appuyant sur la réflexion conciliaire concernant l’Église, Jean-Paul II nous donne des éléments de compréhension de cette dimension communautaire : « La paroisse… c’est, en un certain sens, l’Église elle-même qui vit au milieu des maisons de ses fils et de ses filles. » [1] « La paroisse n’est pas, en premier lieu, une structure, un territoire, un édifice ; c’est avant tout la famille de Dieu, fraternité qui n’a qu’une âme. C’est une maison de famille, fraternelle et accueillante ; c’est la communauté des fidèles. En définitive, la paroisse est fondée sur une réalité théologique, car c’est une communauté eucharistique… »

La paroisse, lieu de tension entre deux pôles

Mais la paroisse, qui est donc réalité communautaire avant d’être réalitéDEPLIANT FRANCESE -  PDF - 485 ko territoriale, est le lieu d’une tension entre deux pôles :

  • une communauté d’hommes et de femmes, très divers, celle des habitants d’un même territoire.
  • au cœur de laquelle existe une deuxième communauté, celle de chrétiens rassemblés par la foi au Christ et l’Eucharistie.
    C’est en s’appuyant sur cette deuxième communauté que le pasteur peut assurer pleinement son ministère ecclésial auprès de l’ensemble des hommes et des femmes qui demeurent sur le territoire paroissial et qui, ainsi, lui sont confiés.

Quattre principes pour un renouveau paroissial

De là, découle un certain nombre de principes contribuant au renouveau paroissial :

  • 1. La mission est la source du renouveau paroissial
    En effet, il ne faudrait pas tomber dans le piège de vouloir redynamiser d’abord le noyau interne des chrétiens pratiquants pour pouvoir ensuite envisager de mettre en œuvre l’évangélisation. C’est en évangélisant que la paroisse va se renouveler, qu’elle va expérimenter un dynamisme nouveau.
  • 2. La collaboration entre prêtres et laïcs La fécondité apostolique des paroisses passe par une collaboration renouvelée entre prêtres et laïcs.

« Dans les communautés ecclésiales, l’action [des laïcs] est si nécessaire que, sans elle, l’apostolat des pasteurs ne peut, la plupart du temps, obtenir son plein effet ». C’est là une affirmation fondamentale, qui doit, de toute évidence, être comprise à la lumière de l’ecclésiologie de communion : parce qu’ils sont divers et complémentaires, les ministères et les charismes sont tous nécessaires à la croissance de l’Église, chacun selon sa propre modalité." (Jean-Paul II, Christifideles Laïci § 27)

  • 3. La paroisse, école de communion Ainsi, les paroisses doivent devenir de véritables écoles de communion où le dynamisme missionnaire puise sa force dans une fraternité paroissiale rassemblant prêtres et laïcs unis par la charité fraternelle, la prière et la reconnaissance des dons de chacun.
  • 4. La paroisse, communauté de communautés La mission menée par la communauté croyante au cœur de la communauté humaine d’une paroisse passe par la mise en place de petites communautés de quartier, lieux d’évangélisation, de prière, d’écoute de la Parole et d’accueil.

A partir de ces critères, fondés sur la lecture des expériences menées dans un grand nombre de paroisses, il s’avère que la paroisse est donc un lieu privilégié pour mettre en œuvre la Nouvelle Évangélisation. En prenant en compte la réalité objective d’une communauté humaine rassemblée en un lieu, elle permet de développer les charismes des laïcs et de sortir d’une pastorale de conservation d’un groupe de plus en plus restreint de fidèles. Par sa vocation missionnaire, elle nous pousse à prendre en compte une très grande diversité de personnes, de situations et d’attentes spirituelles, en privilégiant la relation de proximité et le suivi dans la durée. Elle devient, par cette fidélité, un lieu d’intégration progressive et de cheminement catéchuménal pour ceux qui sont loin du Christ.

Ainsi la paroisse est « dans le monde, le lieu de la communion des croyants, et tout à la fois le signe et l’instrument de la vocation de tous à la communion ; en un mot, la paroisse doit être la maison ouverte à tous, et au service de tous, ou, comme se plaisait à dire Jean XXIII, la fontaine du village à laquelle tout le monde vient étancher sa soif. » (Christifideles Laïci § 27)