L’expérience de cellules au Japon

Témoignage de Olivier, expatrié

Tout a commencé lors d’une réunion des Equipes Notre Dame portant sur les Actes des Apôtres. Depuis mon enfance, parler de Jésus m’a toujours rendu joyeux, comme St Paul et ses compagnons que l’on peut lire dans les Actes des Apôtres.
Cette rencontre m’a permis de réaliser qu’il nous manquait quelque chose d’essentiel. A la fin des messes personne ne parle de Jésus alors qu’après un match tous parlent de foot et en sont très passionnés ! Quelle passion nous manque-t-il ? Que peut-on faire ?
Ma femme et un ami m’ont poussé pour trouver une méthode à proposer à notre petite communauté francophone de Tokyo, constituée en aumônerie. Notre aumônier est un prêtre des MEP (Missions Etrangères de Paris) dont leur mission est l’évangélisation de l’Asie. Ils sont toujours très actifs au Japon. Alors voilà…

Je me suis alors pleinement consacré a cette recherche. Après quelques heures passées sur Internet, je me suis souvenu d’un article de mars 2010 paru sur Zénit, sur le système des cellules paroissiales d’Evangélisation cliquer pour lire l’article. En allant directement sur le site France des Cellules Paroissiales d’évangélisation, j’ai compris alors que cette pédagogie correspondait bien à notre recherche, notre besoin de partager notre foi dans l’Amour.
Je rentre alors en contact avec une personne de l’Association Cellules-France, peu après, avec ma femme nous décidons de lancer la proposition ici, au Japon, en l’adaptant car nous ne sommes pas dans une réalité paroissiale.
Depuis ce jour, j’ai commencé à vivre la prière d’adoration, et cela a changé mon regard sur les autres, sur les fragilités des chrétiens, en acceptant que les choses n’aillent pas forcement comme je le souhaite, et à m’émerveiller du chemin d’amour que nous vivons. Et voici les principaux événements qui restent pour moi toujours aussi surprenants et incroyables…

Fin Aout 2010, quinze jours après avoir pris notre décision, notre aumônier des MEP nous apprend qu’après 37 ans de vie au Japon, il est muté au centre de Paris. La communauté doit se débrouiller plusieurs mois sans berger « officiel » (…)
Je me recentre alors sur la prière d’adoration. La pédagogie des cellules indique que c’est l’Esprit qui œuvre en nous. L’intimité et l’abandon au Christ sont nécessaires.
A Tokyo, les lieux d’adoration ne sont pas nombreux, et les heures d’accès limitées. Je trouve alors une jolie chapelle, plus proche de chez moi : l’adoration se fera devant ce tabernacle ou Jésus m’attend.

Novembre – Décembre 2010, enfin l’équipe se constitue petit à petit et un aumônier des MEP arrive.

Janvier - Février 2011, nous sommes 6 : un diplomate camerounais, un fonctionnaire japonais, une femme française professeur, une française mariée a un diplomate japonais, et ma chère épouse. Nous entamons les sessions de formation en utilisant les moyens du site des cellules. Rapidement, nous sommes tous les 6 enflammés par ce nouveau chemin. Nos caractères sont très différents, nos cultures aussi, mais notre foi est la même. Chaque session est joyeuse, simple, sincère. Nous pensons appeler notre cellule Jean-Paul II.

Je partage alors la joie de nos rencontres de cellules au père aumônier.

Malheureusement, 5 jours plus tard, c’est le drame : tremblement de terre, tsunami, crise nucléaire… Tout s’accélère. Chacun va devoir se recentrer sur ses priorités : nos familles, nos parents, nos amis. Nous gérons ces crises qui nous éprouvent tous – notre corps, notre tête, notre foi,….

Un membre des cellules me posera ces questions de beaucoup :
« Pourquoi le Seigneur a-t-il permis, en ce moment précis, le désastre de Fukushima ? Pourquoi a-t-il si durement frappé le Japon et son Peuple ? On se serait cru au déluge de la Bible ! Ce cataclysme n’est-il pas un appel du Pays de Dieu ? Un appel a sa classe politique ? »
J’ai trouve ma réponse dans Elie « 19.11 L’Éternel dit : « Sors, et tiens-toi dans la montagne devant l’Éternel ! Et voici, l’Éternel passa. Et devant l’Éternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers : l’Éternel n’était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre : l’Éternel n’était pas dans le tremblement de terre. »
Dieu n’est pas dans les choses qui impressionnent notre monde, mais dans la brise légère ou il n’est pas toujours facile de le discerner. Comme le dit la session 2 des cellules, l’enjeu véritable de Dieu consiste dans la disposition intérieure de l’homme pour faire le bien, et vivre dans la Charité du Christ.

Nous gérons la crise qui va avoir pour conséquence de nous éparpiller a travers le monde (Japon, USA, France) et a travers le Japon (Tokyo, Tokyo Sud, Yokohama). Ma femme et mes enfants rentrent en France. Je profite de ce temps pour prier et me consacrer à notre communauté catholique.

Voici depuis quelques clins d’œil de l’Esprit :

  • Mon professeur de japonais, qui était mon Oikos, me révèle qu’elle est allée en bénévole dans les zones dévastées du Tohoku. Elle a appris la joie de se donner, et découvre que la vie n’est pas seulement la satisfaction personnelle et la performance du groupe prônés par la société japonaise actuelle.
  • Lors de la Pentecôte, notre aumônier a fait une homélie remarquable sur le Saint-Esprit que je me suis empressé de publier auprès des autres français absents. Notre communauté s’est bien appauvrie !
  • En cherchant sur Internet, j’ai eu la chance de trouver un hébergeur de sites WEB simple et pratique. Depuis, ce jour notre communauté de Tokyo peut partager sa foi, et ses activités grâce à son nouveau site internet.
  • En septembre, ma femme et mes enfants sont de retour à Tokyo. Aujourd’hui, nous partageons régulièrement ensemble un temps de prière d’adoration.
  • Dans les prochaines semaines, un nouvel aumônier viendra rejoindre notre communauté. Il est prêtre de Notre Dame de vie. Leur spiritualité peut rejoindre l’intuition des cellules. L’arrivée de ce prêtre nous apportera une nouvelle dynamique.

Depuis mai 2010, grâce à cette intimité avec le Christ par l’adoration, je me rends compte que l’Esprit est présent pour me guider et m’éclairer dans mes choix. Notre mission au Japon s’achèvera dans quelques mois. Nous ne savons pas ou nous irons. J’ai compris qu’évangéliser c’est rencontrer et aimer les autres, les différences, grâce a notre intimité avec Dieu. Comme St-Paul dit a Timothée (1,1-8) : « Car ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. »