L’écriture Sainte

Père Jean-Claude Pompanon, curé de Viroflay

Voici une introduction à l’Ecriture Sainte en général, sa place dans l’Eglise et dans ce qu’on appelle la Tradition.
Nous verrons que l’Ecriture ne peut jamais être opposée à l’Eglise instituée par le Christ et à la Tradition qu’elle a reçue de lui.

Sans l’Ecriture Sainte, on ne voit pas ce que serait le message de l’Eglise, mais, à l’inverse, le Nouveau Testament n’aurait pas pu exister sans l’Eglise et ceux qui veulent le garder et le comprendre hors de l’Eglise sont dans une position très inconfortable.

Ensuite, après cet aperçu général, je vous propose une introduction à chacun des livres du Nouveau Testament.
Ces livres ont des auteurs différents, des langages différents, des intentions et des préoccupations différentes, des théologies différentes qu’il faut essayer de connaître si l’on veut comprendre leur message.

Des auteurs inspirés

Ces auteurs ont un point commun : ils sont inspirés. Ce qu’il nous disent est une Parole de Dieu, mais il est impossible de comprendre la révélation qu’ils transmettent si l’on ne comprend pas ce que chacun de ces auteurs inspirés voulait nous dire.

Bien des gens disent avoir perdu la foi parce que tel ou tel passage de la Bible leur paraît difficile à croire.
Dans certains cas, c’est parce que des vérités de foi leur semblent inacceptables, comme la personnalité divine de Jésus ou sa présence eucharistique, mais il arrive aussi qu’ils ne comprennent pas ce que l’auteur inspiré voulait nous dire et qu’ils refusent de croire des choses que personne ne leur demande de croire.
Votre rôle d’apôtres sera de les aider à faire le tri !

C’est pourquoi chacun des livres inspirés a besoin d’une introduction pour connaître les circonstances dans lesquelles il a été écrit et les raisons pour lesquelles l’auteur aborde tel ou tel sujet.
On verra que les textes les plus difficiles sont les évangiles parce qu’ils sont d’une grande densité et que leur rédaction, étalée sur une quarantaine d’années, est l’œuvre d’auteurs successifs.

Mieux connaître l’Ancien Testament pour mieux comprendre l’Evangile

On verra que la culture et le langage de ces auteurs sont ceux de l’Ancien Testament et qu’en comprenant mieux de quelle façon Jésus et les évangélistes utilisaient l’Ancien Testament, on découvre dans l’Evangile des richesses insoupçonnées.
Pour comprendre ces auteurs et leurs écrits, on devra également se rappeler qu’à la différence des auteurs modernes, ils n’ont pas le souci d’être originaux, ni de surprendre, ni de mettre en avant leur personnalité, mais d’abord et avant tout, de transmettre ce qu’ils ont reçu du Seigneur Jésus et de son église.

Ceci est particulièrement vrai des évangiles, qui ont d’abord été des documents utilisés dans la liturgie, dans la catéchèse et la prédication avant d’être rassemblés et mis en ordre de façons diverses dans les quatre recueils que l’église nous a transmis.
Cela soulève des questions intéressantes.
On verra qu’un évangile n’est pas l’œuvre d’un auteur unique, c’est avant tout l’expression de la foi de l’Eglise.

Lire la Bible pour mettre notre esprit critique au service de la vérité

On verra également que l’exégèse (c’est-à-dire l’interprétation) de l’Ecriture, ne consiste pas à lui faire dire ce qu’on voudrait qu’elle dise, mais à mettre tout notre esprit critique au service de la vérité pour essayer de comprendre, le plus honnêtement possible, ce que veut dire cette écriture et comprendre ainsi, ce que Dieu veut nous dire.

Et cela rejoint votre mission : parce que vous serez d’autant plus apôtres que vous transmettrez fidèlement la Parole. Plus vous serez fidèles, plus l’Esprit-Saint pourra toucher les cœurs de ceux que vous évangélisez.

Vous vivez dans les cellules une expérience forte de vie ecclésiale qui complète et prolonge d’autres expériences, passées et présentes, de rencontre du Christ dans son Eglise.
Vous verrez que l’Ecriture a été écrite par des gens et pour des gens qui faisaient une expérience semblable.