Témoignages, vidéos

Cliquez pour voir la vidéo.

Mgr Fisichella à Milan le 28 mai 2011

Tout a commencé lors d’une réunion des Equipes Notre Dame portant sur les Actes des Apôtres. Depuis mon enfance, parler de Jésus m’a toujours rendu joyeux, comme St Paul et ses compagnons que l’on peut lire dans les Actes des Apôtres. Cette rencontre m’a permis de réaliser qu’il nous manquait quelque chose d’essentiel. A la fin des messes personne ne parle de Jésus alors qu’après un match tous parlent de foot et en sont très passionnés ! Quelle passion nous manque-t-il ? Que peut-on faire ? Ma femme et un ami m’ont poussé pour trouver une méthode à proposer à notre petite communauté francophone de Tokyo, constituée en aumônerie. Notre aumônier est un prêtre des MEP (Missions Etrangères de Paris) dont leur mission est l’évangélisation de l’Asie. Ils sont toujours très actifs au Japon. Alors voilà…

Le changement de curé et de Pasteur me conduit à regarder avec vous quelques points particuliers de ces années passées, comme le père Gaschignard l’avait fait en son temps. Lors de nos rencontres, j’ai précisé au Père Feildel combien la paroisse Notre-Dame la blanche et aussi celle de Sainte-Anne du Pays Blanc étaient les bénéficiaires de l’implantation et du développement des cellules. La dynamique évangélisatrice, vous l’avez portée, semée, soutenue. Il faut le reconnaître c’est un des fruits de l’Esprit Saint le plus discret dans son action le plus fort dans sa réalisation. Merci ! Le fruit pour la paroisse je le vois sur le plan individuel et communautaire. Vous êtes porteur de ce témoignage.

Jeanne-Marie nous livre son parcours : lorsqu’elle est arrivée à la paroisse de Sanary-sur-Mer, elle ne connaissait personne, elle allait à l’église occasionnellement et aujourd’hui elle est leader de cellule.

Danielle fait partie des cellules paroissiales de Montrevel. Elle nous livre comment celles-ci l’ont aidée dans son retour à l’Eglise.

Chantal nous raconte comment dans sa situation de divorcée-remariée, les rencontres de cellules lui ont permis de retrouver le chemin de l’Eglise après en être restée longtemps éloignée.

Prier chaque jour pour des personnes que le Seigneur met sur notre chemin. La grande grâce des cellules, c’est le dépouillement, le Seigneur se sert de nous et c’est lui qui va toucher le cœur de ces personnes. Nous sommes des petits, des pauvres et tout le monde est appelé à vivre cette grande mission…

Grâce aux cellules paroissiales d’évangélisation, le Seigneur m’a conduit sur un chemin de joie et de bonheur. J’ai énormément reçu ! Lorsque la paroisse a lancé les cellules, il y a environ 7 années, j’ai commencé à apprendre la prière d’adoration et à fréquenter plus assidûment les sacrements.

La paroisse de Basse Wavre en Belgique a adopté la méthode des cellules depuis 5 années. Claire, coordinatrice, nous présente comment est vécue cette expérience merveilleuse de découverte d’une vie communautaire qui rayonne et comment chaque membre nouveau est émerveillé d’y découvrir un lieu d’amour et de partage.

Ecoutez le témoignage que Maryline, jeune leader de cellule, a donné lors de la session annuelle de formation des leaders qui a eu lieu en février 2009 à Ossun, près de Lourdes.

Ecoutez le témoignage de Laurence, leader de cellules à Fontainebleau, nous dire combien ce parcours dans le système des cellules peut être porteur dans la connaissance du Christ et dans un chemin de formation à l’évangélisation.

Les cellules paroissiales d’évangélisation sont installées depuis 1992 sur la paroisse de Combs-la-Ville. Ecoutez Patrice Flaud, en charge de leur coordination, nous livrer son témoignage.

Nous avions rêvé dans notre paroisse de pouvoir vivre fraternellement, comme ceci, en communautés de foi. Cette réalité est une réponse à nos prières pendant plus de 20 ans. Cette aventure des cellules va bien au-delà de ce que l’on pouvait imaginer pour nous réveiller, nous faire grandir dans la foi et nous donner cette force et ce courage d’annoncer l’évangile. Pour nous tous, cela a changé notre vie, notre façon de vivre, c’est vivre autrement notre foi, la vivre vraiment avec notre engagement de chrétien, avec beaucoup plus de force et de courage et puis ne pas avoir peur d’inviter.

Le point essentiel est d’arriver à témoigner de cette foi qui nous nourrit : oser, en cellule, dire ce qui fait le bonheur de ma vie, écouter les autres me dire quel est leur bonheur, et découvrir ce bonheur dans les choses toutes simples, le partage, les éléments de l’enseignement…

Ce témoignage est pour moi une synthèse de ces 6 mois passés dans la cellule de Brigitte. C’est avec grande joie que je veux vous partager comment les cellules m’ont transformée et amenée à prier avec amour, sincérité et vérité…

Avant je pensais que la mission était réservée aux prêtres, religieux, religieuses et j’ai découvert que Jésus attendait de moi que je l’annonce à mon voisinage, aux personnes proches que je côtoyais tous les jours ; ça a été une grande découverte : Jésus comptait sur moi pour propager cet amour à tous ceux qui m’entourent. J’ai découvert l’importance de la prière, du service, du partage et de l’annonce. Tout ceci a changé complètement ma vie. Je n’avais pas cette conscience que Jésus attendait de moi : que je le porte aux autres et maintenant Jésus est au centre de ma vie et je sais que je suis là pour l’annoncer aux autres.

Il y a 15 ans, j’avais retenu un enseignement lors d’un séminaire par Don Pigi : il y a deux mots qui reviennent surtout dans l’Evangile, « viens » et « va » et « va », c’est l’évangélisation.

Quand notre curé nous a demandé de nous pencher sur cette expérience des cellules paroissiales d’évangélisation, il y a 6 ans, nous avons répondu a une question qui se posait à nous : comment vivre notre foi dans une communauté qui se trouve non pas à l’extérieur mais sur notre lieu de vie ?

Articles : 0 | 10 | Tout afficher

Le parcours Alpha et les cellules paroissiales d’évangélisation offrent un belle complémentarité. Les cellules offrent à ceux qui viennent de terminer un parcours une façon douce de s’insérer dans un groupe de chrétiens un peu plus large, où les liens restent étroits, pour cheminer à leur (...)